Accueil ::> PAGES PÉDAGOGIQUES ::> Français-Latin ::> Français ::> Festival « Livres et musiques » de Deauville

Festival « Livres et musiques » de Deauville

Critique du livre « Platine »

vendredi 5 juin 2015, par Catherine Segers.

Dans le cadre du festival « Livres et musiques » de Deauville, les élèves des classes de Seconde 2 et 3 ont participé au prix littéraire destiné aux adolescents.
Ils ont lu les quatre titres en lien avec la musique, sélectionnés par le comité de lecture.

La sélection 2015 est :

Billie H, Louis Attanga, (Le Rouergue) ;
Platine, Vincent Brunner, (Flammarion) ;
La fille de Debussy, Damien Luce, (Héloise d’Ormesson) ;
Blue Note, Mathieur Mariolle, Mikael Bourgoin, (Dargaud).

Chaque élève a ensuite voté pour le livre préféré à l’aide d’une grille de notation, permettant d’apprécier différents critères. Tout d’abord le récit : scénario, lien avec la musque, cohérence, personnages (sur 8 points), puis le style : clarté, pertinence par apport au récit (sur 6 points), la couverture : couleurs, typographie, illustration (sur 4 points), et enfin le titre : clarté, cohérence, accroche (sur 2 points).
C’est le livre "Platine" qui a remporté le prix, de nos lycéens ainsi que de l’ensemble des élèves participants.

Lors de la journée du 11 mai, destinée aux scolaires, les élèves ont assisté à la remise des prix , ont pu participé à l’échange avec les 4 auteurs ponctuée de showcases musicaux et ont eu la chance de rencontrer, de façon privilégiée, Damien Luce.
La journée s’est terminée par la visite du salon.
Nous vous présentons ci-dessous, les critiques, par titre, réalisées par certains élèves, et nous commençons par Platine, bien évidemment !

JPEG - 136.7 ko
Vincent Brunner, lauréat 2015.

JPEG - 78.4 ko
Platine (2014).


Roman de Vincent Brunner, Platine (2014).

Eva, la narratrice, est en seconde et est fan de rock. Un jour, ses grands-parents lui donnent un sac contenant de vieux vinyles ayant appartenu à son père biologique, "mort dans un accident de voiture, juste avant [sa] naissance". Voyant une araignée dans le sac, elle l’abandonne dans le train sans remords. Le soir, sa mère apprend la nouvelle et la sermonne énergiquement : "QUOIII ? s’énerve ma mère. Tu les as paumés ?". Deux jours plus tard, Luc, un "loser" de sa classe vient lui rapporter les vinyles. Puis le surlendemain, au lycée, Frédérique, une de ses camarades, ayant appris la vérité à propos du père d’Eva l’insulte en la traitant de "sale petite ritale" et de "bâtarde" et celle-ci la pousse, lui causant une fracture du bras. Suite à cet incident, Eva est exclue trois jours du lycée. Sa mère l’ayant privée de tous ses moyens de communications et de son mp3, ces trois jours vont lui permettre de réfléchir et d’accepter que son père, dont elle partage la passion pour le rock, fait partie d’elle.
Pour son premier roman, Vincent Brunner, journaliste spécialisé dans la musique, met en lumière les multiples facettes de la vie d’une adolescente d’aujourd’hui et nous transporte à sa suite dans ses aventures. Un style rafraîchissant avec l’utilisation d’un vocabulaire "jeune" qui nous emmène dans l’univers et les pensées de l’héroïne. De plus, la musique permet le rapprochement de personnalités totalement dissemblables comme Luc et Eva qui ne vivent tous les deux que pour le rock.

Éd. Flammarion, 347 p., 12,50 €.

Clément BISSON, © Lecture Hebdo, mardi 28 avril 2015.

---------------------------------------------------------------------------------------
Vincent Brunner

Platine

Mais qui est réellement le père d’Eva ? C’est ce que nous découvrons petit à petit en suivant les aventures, les incompréhensions et les interrogations de la jeune héroïne dans ce roman fascinant de Vincent Brunner. La jeune fille, qui ne vit que pour le rock, reçoit de ses grands-parents de vieux vinyles ayant appartenu à son père mort peu avant sa naissance, le point de départ d’une intrigue aussi palpitante qu’absorbante.

Éd. Flammarion, 347 p., 12,50 €.

© Culture Magazine, avril 2015.


Se connaître en musique, Platine (2014).

Comment se rapprocher de son père mort avant sa naissance ? En écoutant ses vieux vinyles par exemple. C’est ainsi qu’Eva, fan de rock, réussira à se construire sans lui. Entre acceptation de ce passé, amours naissantes et trahisons, cette histoire plaira aux jeunes adolescents en plein développement. Un roman assez long, mais fluide et agréable, plein d’humour et de questionnements existentiels.

Ed. Tribal Flammarion, 347p., 12,50€.

Cassandre Lefevre, ©Tendances d’ado, 20 avril 2015.


Platine (2014)

Eva est une jeune lycéenne, au caractère un peu difficile, passionnée de rock. « Je prends mon sac, je sors mon baladeur, je mets mon casque sur les oreilles et je me choisis une playlist, celle que j’écoute quand je ne veux parler à personne : la spéciale Marilyne Manson. » Elle passe la plupart de son temps à écouter ses morceaux préférés, c’est sa raison de vivre et, elle finira même par pousser la chansonnette, d’abord occasionnellement puis de plus en plus souvent : « Pour oublier ce lundi bien pluvieux comme je les déteste, je chantonne pour moi même Come as you are de Nirvana en prenant ma douche » Cela ne fait que la rapprocher davantage de son père, mort avant sa naissance, qui, comme elle, n’écoutait que du rock et jouait même dans un groupe.
Et justement, la vie d’Eva va basculer quand ce père biologique refera surface par le biais de vieux vinyles poussiéreux. La jeune fille ne saura quoi faire de cette histoire qui l’encombre. En parler à sa meilleure amie qui, a plusieurs reprises la trahira ? A ce garçon, Alexandre qui lui plait tant ? Ou bien à Luc, qu’elle n’aimait pas mais qui s’avèrera à son écoute et présent à ses côtés ?
Mais, entre amour, amitié, dispute et trahison, le vrai problème de ce roman est : Comment cette adolescente en pleine tourmente fera-t-elle pour connaître et honorer son père ?
C’est là que réside le talent de l’auteur. Entremêler les sujets pour créer une histoire d’exception. Parler aux plus jeunes grâce à son style singulier, et aux questionnements de son héroïne « Je sais qu’Enzo écoutait Nirvana comme moi. Mais à part ça ? On ne peut pas remonter le temps, non ?, d’humour et de jolies pépites d’adolescente « Et là, j’ai la confirmation qu’avec ce surnom de hobbits, je suis tout près de la vérité. Parce que si Frodon et toute sa bande de bonshommes rougeauds avaient une auto, ils auraient celle-là. Une petite voiture sans permis. Jaune pétant, quasi fluo. ».Vincent Brunner, d’abord journaliste et amoureux de bande-dessinées, sort de sa zone de confort et renouvelle ses livres musicaux en se lançant dans la littérature jeunesse. Un pari très bien réussi qui promet de belles surprises pour la suite, pourquoi pas chez les grands ?

Ed. Tribal Flammarion, 347p., 12,50€.

Cassandre Lefevre, © Musique&Cie, 25 avril 2015.


Vincent Brunner
Platine (2014)

Pour Eva, 16 ans, le rock, c’est sa vie. Le casque vissé sur les oreilles, elle écoute sa musique partout. « Après avoir jeté un petit coup d’œil dans la glace de l’entrée et calmé une mèche trop rebelle, je ferme mon blouson, j’appuie sur play et c’est parti. La voix du chanteur tellement craaaquant de My Chemical Romance résonne dans mes oreilles et me donne le courage d’affronter le froid. (…) Comme chaque matin, je me suis préparée la playlist parfaite pour arriver au lycée avec, disons, le maximum d’enthousiasme que je puisse mettre. » Elle mène une vie normale jusqu’au jour où les « hobbits », ses grands-parents paternels biologiques lui donnent un sac de vinyles, des 33 tours, ayant appartenu à son défunt père, Enzo. « Ils m’ont pris pour une antiquaire ou quoi (…) J’y crois pas, des vinyles… Mais qu’est-ce qu’ils veulent que j’en fasse ? (...) Ce que j’ai devant les yeux, ça représente la préhistoire de la musique, le dinosaure du MP3, quoi ». Suite à une petite frayeur, Eva les « oublie » dans le train. A son retour de shopping avec Samia, sa meilleure amie, Caroline, sa mère, lui demande où sont les vinyles. Eva essaye maladroitement de mentir et sa mère se met en colère car, malgré le fait qu’elle soit mariée à Richard, le père adoptif d’Eva, elle n’a toujours pas fait le deuil de son premier amour. Quelques jours plus tard, Luc, un camarade de classe vient lui redonner les vinyles. Sa mère est émue et Eva se voit obliger de raconter son histoire en le menaçant de n’en parler à personne. Pourtant le lendemain, Frédérique, une camarade de classe qu’elle déteste, vient lui parler de son père. Après une remarque déplacée de Frédérique, Eva la pousse et elle est exclue du lycée. Pendant son exclusion, Luc l’appelle car il a découvert quelque chose la concernant mais Eva ne l’écoute pas. Un soir, Luc et Alexandre viennent lui parler d’ In Utero.
« Comme à chaque concert, il y a un moment où j’imagine que tu es là (...). je pense fort à toi, Enzo. (...)Et où que tu sois, j’espère que ça te rend fier de me voir ».

Voilà toute la légèreté de la plume avec laquelle l’auteur écrit ce livre. Platine est le premier roman de Vincent Brunner édité dans la collection jeunesse. Il est très facile de lecture. L’auteur est également un grand connaisseur en matière de musique, car les références musicales sont très nombreuses. Rassurez-vous lecteurs, il n’est pas uniquement question de musique dans ce roman ! Même s’il s’agit d’une lecture qui donne envie de réécouter de bons vieux titres rock’n’roll, Platine, c’est aussi l’histoire d’une adolescente qui va être amenée à affronter des sentiments qu’elle se refusait et qui va devoir faire face à sa véritable identité. C’est un livre très actuel, typiquement pour adolescents qui traite des thèmes tels que l’amitié, la famille, l’amour, la musique mais aussi l’identité puisqu’ Eva a une histoire particulière. La couverture n’est peut-être pas très attrayante au premier abord mais elle laisse transparaître le thème de ce livre. Ouvrez Platine et découvrez toutes les merveilles d’un monde rock’n’roll. Cela sera comme si vous ouvriez une boite et découvriez votre parfum préféré.

Ed. Flammarion, 348p, 12€50.

La croqueuse de livre, ©Les mordus littéraires et musicos, mardi 28 avril 2015.

Vincent Brunner
Platine (2014)

Eva est une adolescente adoratrice de musique, le rock. Partage-t-elle cette passion du rock avec son père qu’elle n’a jamais connu ? Au fil de l’histoire, Eva se trouve des points communs avec celui-ci. Mais quelles vont être les conséquences de la découverte des 33 tours ayant appartenu à son défunt paternel ? Comment réagira sa mère lorsqu’elle oubliera les vinyles dans le wagon d’un train ? Ouvrez Platine, et découvrez la plume légère avec laquelle l’auteur vous fait partager sa passion de l’écriture.
Ed. Flammarion, 348p, 12€50.

©Revue Mille et une pages, avril 2015.