Accueil > ESPACES PÉDAGOGIQUES > Philosophie

Philosophie

L

es articles qui composent cette rubrique s’adressent à tous et n’ont d’autre ambition que de nourrir la réflexion et d’inciter à accomplir cet acte le plus audacieux de la liberté humaine qu’est la pensée philosophique. Portant sur quelques questions majeures qui se posent à l’homme et sur des thèmes divers, ils ont en commun d’inviter à la méditation et au questionnement critique. Ils tracent des chemins que chacun peut emprunter afin d’en découvrir d’autres et de participer ainsi à la formidable aventure de la pensée.

Dans les sous-rubriques, vous trouverez un certain nombre de ressources permettant de découvrir l’univers philosophique à travers films documentaires, émissions télévisées et radiophoniques, conférences, vidéo-cours, magazines et revues.

La philosophie dans notre établissement ?
Une très longue tradition

JPEG
Affiche pour une soutenance publique de thèses au Collège de Domfront (juillet 1712)
C’est le plus ancien document de ce genre connu venant de notre établissement
(Archives départementales de l’Orne)

JPEG
Portrait de François-Louis Hébert, nommé confesseur du roi Louis XVI en 1792
et professeur de Philosophie au Collège de Domfront de 1764 à 1768
(D’après J.-B. Provost)
(Bibliothèque nationale de France)

Articles

  • La sagesse, savoir ou conscience de son ignorance ?

    7 avril 2010, par Lionel Letendre
    L’homme qui philosophe accède bien à un savoir, mais pas à celui qu’il attendait car ce qu’il sait alors, c’est qu’il ne sait rien ou pas grand-chose. En effet, l’esprit humain ne peut pas tout connaître. Aussi puissant soit-il, le désir de savoir rencontre partout des limites. Cette situation n’est pas propre à la philosophie mais à toutes les sciences. Paradoxalement, plus le savoir progresse et plus grande est l’ignorance car, en même temps que la clarté, la lumière apporte l’ombre et l’obscurité.

    Lire la suite | 1983 visites
  • Le génie, labeur ou don ?

    14 mars 2010, par Lionel Letendre
    Nul ne contestera que des poètes, des musiciens, des philosophes, des découvreurs ou des inventeurs comme Baudelaire, Beethoven, Aristote, Einstein et Léonard de Vinci, sont des êtres hors du commun, exceptionnels par la finesse de leur regard sur le monde, par leur virtuosité dans la maîtrise de leur art ou par la grandeur de leur esprit et de leur savoir. Mais comment s’expliquer un tel génie ? Est-ce l’effet d’un don divin ou d’un talent inné ?

    Lire la suite | 754 visites
  • L’exercice de la philosophie contribue-t-il au développement de la démocratie ?

    15 février 2010, par Lionel Letendre
    Si l’on se représente la philosophie comme on le fait couramment, à savoir comme une réflexion abstraite sur des problèmes subtils conduite par un philosophe perdu dans ses spéculations et vivant séparé du reste du monde, il semble bien que démocratie et philosophie se situent sur deux plans différents et que philosopher ne puisse contribuer à la formation d’un régime politique quelconque. Étant d’abord un effort pour rendre notre existence intelligible, une tentative pour édifier une pensée dégagée de tout enjeu de pouvoir et de pratique politique, le travail philosophique peut effectivement paraître ne pas pouvoir participer, en lui-même, au développement d’une forme de gouvernement. Mais la philosophie n’est-elle qu’une réflexion théorique et abstraite, sans lien avec la sphère politique ? N’est-elle pas aussi un exercice engagé dans la vie publique ?

    Lire la suite | 2329 visites
  • De l’étonnement philosophique...

    24 janvier 2010, par Lionel Letendre
    Aristote a dit au début de sa Métaphysique : « Ce fut l’étonnement qui poussa, comme aujourd’hui, les premiers penseurs à philosopher ». Pour comprendre la nature de cet étonnement par lequel les hommes sont parvenus, aussi bien maintenant qu’à l’origine, au point de départ qui ne cesse de régir l’acte de philosopher, il importe de le distinguer de l’étonnement au sens ordinaire du terme.

    Lire la suite | 1420 visites
  • ... et de l’énigme de l’être

    24 janvier 2010, par Lionel Letendre
    Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Ce qui suscite au premier chef l’étonnement et l’embarras de la pensée, c’est que le monde soit. L’homme, l’animal, la pierre, tout cela est. L’être, voilà la merveille des merveilles ! Les Grecs anciens furent les premiers à poser la question de l’être de ce qui existe. Partant, ce furent les premiers à se confronter bon gré mal gré au mystère de l’être, à l’énigme de son jaillissement hors de la nuit du non-être.

    Lire la suite | 245 visites

1 | 2 | 3 | 4 | 5