Accueil > ESPACES PÉDAGOGIQUES > Philosophie

Philosophie

L

es articles qui composent cette rubrique s’adressent à tous et n’ont d’autre ambition que de nourrir la réflexion et d’inciter à accomplir cet acte le plus audacieux de la liberté humaine qu’est la pensée philosophique. Portant sur quelques questions majeures qui se posent à l’homme et sur des thèmes divers, ils ont en commun d’inviter à la méditation et au questionnement critique. Ils tracent des chemins que chacun peut emprunter afin d’en découvrir d’autres et de participer ainsi à la formidable aventure de la pensée.

Dans les sous-rubriques, vous trouverez un certain nombre de ressources permettant de découvrir l’univers philosophique à travers films documentaires, émissions télévisées et radiophoniques, conférences, vidéo-cours, magazines et revues.

La philosophie dans notre établissement ?
Une très longue tradition

JPEG
Affiche pour une soutenance publique de thèses au Collège de Domfront (juillet 1712)
C’est le plus ancien document de ce genre connu venant de notre établissement
(Archives départementales de l’Orne)

JPEG
Portrait de François-Louis Hébert, nommé confesseur du roi Louis XVI en 1792
et professeur de Philosophie au Collège de Domfront de 1764 à 1768
(D’après J.-B. Provost)
(Bibliothèque nationale de France)

Articles

  • L’énigme du moi

    25 septembre 2010, par Lionel Letendre
    Socrate avait pour devise ce précepte gravé à l’entrée du temple dédié au culte d’Apollon à Delphes : « Connais-toi toi-même ». Cette maxime laisse entendre que nous ne nous connaissons pas réellement. Elle nous enjoint donc d’entreprendre une recherche dans les profondeurs de notre intériorité pour trouver l’essence de notre être. Mais cette entreprise est-elle vraiment possible ? Pouvons-nous accéder à la pleine connaissance de ce que nous sommes ?

    Lire la suite | 902 visites
  • La mort ôte-t-elle tout sens à l’existence ?

    23 juin 2010, par Lionel Letendre
    « Dès qu’un homme naît, il est assez vieux pour mourir » rappelle la mort dans le dialogue de Johannes von Tepl Le Laboureur de Bohème. On peut craindre que ce rappel à l’homme de la précarité de son existence n’assombrisse sa vie et le rende solitaire et morose. Anéantissant inévitablement la vie, la mort semble en effet ôter à notre présence dans le monde sa signification profonde. Mais en est-il vraiment ainsi ? La conscience du fait que nous soyons voués à mourir n’est-elle pas un précieux stimulant, une invitation à l’action plutôt que l’occasion de sombrer dans le désespoir et la résignation ?

    Lire la suite | 2582 visites
  • Du sens de la souffrance

    9 juin 2010, par Lionel Letendre
    Souffrir, c’est avoir mal. Mal dans son corps, mal dans sa tête. Mal dans sa vie toute entière quand, après des épreuves douloureuses (une maladie, un deuil ou une séparation par exemple), on finit par souffrir de vivre. Tant de vies déchirées par la douleur, brisées par les larmes et le chagrin, conduisent la pensée à s’interroger. Comment penser au juste la souffrance ? Peut-on lui prêter un sens ? Ne souffre-t-on pas au contraire pour rien, cette épreuve nous révélant toute l’absurdité de l’existence ?

    Lire la suite | 545 visites
  • « Qui es-tu ? ». De l’invention du mot « philosophe » par Pythagore

    1er juin 2010, par Lionel Letendre
    Si la philosophie est « amour de la sagesse », elle en est aussi la quête. C’est Pythagore le premier qui donna au terme philosophie ce sens précis de recherche de la sagesse. C’est également lui qui inventa le mot « philosophe », en réaction contre ceux qui se prétendaient maîtres en sagesse, les célèbres sophistes qui faisaient commerce de leurs connaissances.

    Lire la suite | 765 visites
  • Philosopher, seul ou entre amis ?

    16 mai 2010, par Lionel Letendre
    La conception commune de l’existence philosophique selon laquelle le sage vivrait seul, retiré, plongé dans ses spéculations, n’est valable que si l’on fait, concernant la vérité, une supposition qui ne va nullement de soi. En effet, pour justifier l’isolement absolu du philosophe, il faut admettre que la vérité est essentiellement immuable et éternellement identique, qu’elle est révélée de toute éternité dans et par une intelligence d’emblée parfaite. Mais est-ce bien ainsi qu’on doit la concevoir ?

    Lire la suite | 449 visites

1 | 2 | 3 | 4 | 5